Eole Air Passion

SERA - Règles de l'Air - Articles

Règlement Européen n° 923/2012 - SERA - Règles de l'air
Consolidé au 14/02/2020

Article 2 : Définitions

Aux fins du présent règlement, on entend par :

  1. « exactitude », un degré de concordance entre la valeur estimée ou mesurée et la vraie valeur
  2. « accord ADS-C », un plan de compte rendu qui fixe les conditions qui régissent les comptes rendus de données ADS-C (c’est-à-dire les données nécessaires à l’organisme des services de la circulation aérienne et la fréquence des comptes rendus ADS-C, qui doivent être convenues avant l’emploi de l’ADS-C dans la fourniture de services de la circulation aérienne)
  3. « espace aérien à service consultatif », un espace aérien, de dimensions définies, ou une route désignée, où le service consultatif de la circulation aérienne est assuré
  4. « route à service consultatif », une route désignée le long de laquelle le service consultatif de la circulation aérienne est assuré
  5. « vol acrobatique » (ou « voltige aérienne »), des manoeuvres effectuées intentionnellement par un aéronef, comportant un changement brusque d’assiette, une position anormale ou une variation anormale de la vitesse, et qui ne sont pas nécessaires pour un vol normal ou pour l’instruction débouchant sur des licences ou des qualifications autres que la qualification de vol acrobatique
  6. « aérodrome », une surface définie (comprenant, éventuellement, bâtiments, installations et matériel) sur terre ou sur l’eau ou encore sur une structure fixe, une structure off-shore fixe ou une structure flottante, destinée à être utilisée, en totalité ou en partie, pour l’arrivée, le départ et les évolutions des aéronefs à la surface
  7. « contrôle d’aérodrome », le service du contrôle de la circulation aérienne pour la circulation d’aérodrome
  8. « tour de contrôle d’aérodrome », un organisme chargé d’assurer le service du contrôle de la circulation aérienne pour la circulation d’aérodrome
  9. « circulation d’aérodrome », l’ensemble de la circulation sur l’aire de manoeuvre d’un aérodrome et des aéronefs évoluant aux abords de cet aérodrome. La définition d’un aéronef évoluant aux abords d’un aérodrome englobe, sans s’y limiter, les aéronefs qui entrent dans un circuit d’aérodrome ou qui en sortent
  10. « circuit d’aérodrome », la trajectoire déterminée que doit emprunter un aéronef évoluant aux abords d’un aérodrome
  11. « zone de circulation d’aérodrome », un espace aérien, de dimensions définies, établi autour de certains aérodromes en vue de la protection de la circulation d’aérodrome
  12. « travail aérien », une exploitation d’aéronefs consistant à utiliser un aéronef pour assurer des services spécialisés, notamment dans les domaines de l’agriculture, de la construction, de la photographie, de la surveillance, de l’observation et des patrouilles, de la recherche et du sauvetage, de la publicité aérienne, etc...
  13. « publication d’information aéronautique (AIP) », une publication d’un État, ou éditée par décision d’un État, renfermant des informations aéronautiques de caractère durable et essentielles à la navigation aérienne
  14. « service mobile aéronautique », un service mobile entre stations aéronautiques et stations d’aéronef, ou entre stations d’aéronef, auquel les stations d’engin de sauvetage peuvent participer; les stations de radiobalise de localisation des sinistres peuvent également participer à ce service sur des fréquences de détresse et d’urgence désignées
  15. « station aéronautique », une station terrestre du service mobile aéronautique. Dans certains cas, une station aéronautique peut, par exemple, être placée à bord d’un navire ou d’une plateforme en mer
  16. « avion », un aérodyne entraîné par un organe moteur et dont la sustentation en vol est obtenue principalement par des réactions aérodynamiques sur des surfaces qui restent fixes dans des conditions données de vol
  17. « système anticollision embarqué (ACAS) », un système embarqué qui, au moyen des signaux du transpondeur de radar secondaire de surveillance (SSR) et indépendamment des systèmes sol, renseigne le pilote sur les aéronefs dotés d’un transpondeur SSR qui risquent d’entrer en conflit avec son aéron
  18. « aéronef », tout appareil qui peut se soutenir dans l’atmosphère grâce à des réactions de l’air autres que les réactions de l’air sur la surface de la Terre
  19. « adresse d’aéronef », une combinaison unique de 24 bits pouvant être attribuée à un aéronef aux fins des communications air-sol, de la navigation et de la surveillance
  20. « observation d’aéronef », l’évaluation d’un ou de plusieurs éléments météorologiques effectuée à partir d’un aéronef en vol
  21. « renseignements AIRMET », des renseignements établis et communiqués par un centre de veille météorologique, concernant l’apparition effective ou prévue de phénomènes météorologiques en route spécifiés qui peuvent affecter la sécurité des vols exécutés à basse altitude et qui ne sont pas déjà inclus dans les prévisions destinées auxdits vols dans la région d’information de vol concernée ou l’une de ses sous-régions
  22. « communications air-sol », les communications bilatérales entre aéronefs et stations ou points situés à la surface de la Terre
  23. « station radio de contrôle air-sol », une station de télécommunications aéronautiques à qui incombe en premier lieu l’acheminement des communications ayant trait aux opérations et au contrôle des aéronefs dans une région donnée
  24. « compte rendu en vol », un compte rendu émanant d’un aéronef en vol et établi selon les spécifications applicables à l’établissement de comptes rendus de position, d’observations opérationnelles et/ou météorologiques
  25. « circulation en vol rasant », le déplacement d’un hélicoptère/ADAV au-dessus de la surface d’un aérodrome, normalement dans l’effet de sol et à une vitesse sol inférieure à 37 km/h (20 kts)
  26. « circulation aérienne », l’ensemble des aéronefs en vol et des aéronefs évoluant sur l’aire de manoeuvre d’un aérodrome
  27. « service consultatif de la circulation aérienne », un service fourni à l’intérieur de l’espace aérien à service consultatif aux fins d’assurer, autant que possible, la séparation des aéronefs volant conformément à un plan de vol IFR
  28. « autorisation du contrôle de la circulation aérienne » (ou « clairance »), une autorisation accordée à un aéronef de manoeuvrer dans des conditions spécifiées par un organisme du contrôle de la circulation aérienne
  29. « instructions du contrôle de la circulation aérienne », les directives établies par le contrôle de la circulation aérienne aux fins de demander à un pilote de prendre des mesures spécifiques
  30. « service du contrôle de la circulation aérienne », un service assuré dans le but :
    1. d’empêcher :
      1. les abordages entre aéronefs
      2. les collisions, sur l’aire de manoeuvre, entre les aéronefs et des obstacles ; et
    2. d’accélérer et de régulariser la circulation aérienne
  31. « organisme de contrôle de la circulation aérienne », un terme générique désignant, selon le cas, un centre de contrôle régional, un organisme de contrôle d’approche ou une tour de contrôle d’aérodrome
  32. « service de la circulation aérienne (ATS) », un terme générique désignant, selon le cas, le service d’information de vol, le service d’alerte, le service consultatif de la circulation aérienne, le service du contrôle de la circulation aérienne (contrôle régional, contrôle d’approche ou contrôle d’aérodrome)
  33. « espaces aériens des services de la circulation aérienne », des espaces aériens, de dimensions définies, désignés par une lettre de l’alphabet, à l’intérieur desquels des types précis de vol sont autorisés et pour lesquels il est spécifié des services de la circulation aérienne et des règles d’exploitation
  34. « bureau de piste des services de la circulation aérienne », un organisme chargé de recevoir des comptes rendus concernant les services de la circulation aérienne et des plans de vol soumis avant le départ
  35. « organisme des services de la circulation aérienne », un terme générique désignant, selon le cas, un organisme du contrôle de la circulation aérienne, un centre d’information de vol ou un bureau de piste des services de la circulation aérienne
  36. « voie aérienne », une région de contrôle ou une portion de région de contrôle présentant la forme d’un couloir
  37. « service d’alerte », un service assuré dans le but d’alerter les organismes appropriés lorsque des aéronefs ont besoin de l’aide des organismes de recherches et de sauvetage et de prêter à ces organismes le concours nécessaire
  38. « aérodrome de dégagement », un aérodrome vers lequel un aéronef peut poursuivre son vol lorsqu'il devient impossible ou inopportun de poursuivre le vol ou d'atterrir à l'aérodrome d'atterrissage prévu,, où les services et installations nécessaires sont disponibles, où les exigences de l'aéronef en matière de performances peuvent être respectées et qui sera opérationnel à l'heure d'utilisation prévue. On distingue les aérodromes de dégagement suivants :
    1. « aérodrome de dégagement au décollage », un aérodrome de dégagement où un aéronef peut atterrir si cela devient nécessaire peu après le décollage et qu'il n'est pas possible d'utiliser l'aérodrome de départ
    2. « aérodrome de dégagement en route », un aérodrome de dégagement où un aéronef peut atterrir si un déroutement devient nécessaire pendant la phase en route
    3. « aérodrome de dégagement à destination », un aérodrome de dégagement où un aéronef peut atterrir s'il devient impossible ou inopportun d'utiliser l'aérodrome d'atterrissage prévu
  39. « altitude », la distance verticale entre un niveau, un point ou un objet assimilé à un point, et le niveau moyen de la mer (MSL)
  40. « contrôle d’approche », un service du contrôle de la circulation aérienne pour les aéronefs en vol contrôlé à l’arrivée ou au départ
  41. « organisme de contrôle d’approche », un organisme chargé d’assurer le service du contrôle de la circulation aérienne aux aéronefs en vol contrôlé arrivant à un ou plusieurs aérodromes ou partant de ces aérodromes
  42. « aire de trafic », une aire définie, destinée aux aéronefs pendant l’embarquement ou le débarquement des voyageurs, le chargement ou le déchargement de la poste ou du fret, l’avitaillement ou la reprise de carburant, le stationnement ou l’entretien
  43. « centre de contrôle régional (ACC) », un organisme chargé d’assurer le service du contrôle de la circulation aérienne pour les vols contrôlés dans les régions de contrôle relevant de son autorité
  44. « contrôle régional », un service du contrôle de la circulation aérienne pour les aéronefs en vol contrôlé à l’intérieur des régions de contrôle
  45. « navigation de surface (RNAV) », une méthode de navigation permettant le vol sur n’importe quelle trajectoire voulue dans les limites de la couverture d’aides de navigation basées au sol ou dans l’espace, ou dans les limites des possibilités d’une aide autonome, ou grâce à une combinaison de ces moyens
  46. « route ATS », une route déterminée destinée à canaliser la circulation pour permettre d’assurer les services de la circulation aérienne
  47. « surveillance dépendante automatique en mode diffusion (ADS-B) », un moyen par lequel des aéronefs, des véhicules d’aérodrome et d’autres objets peuvent automatiquement transmettre et/ou recevoir des données telles que des données d’identification, de position et autres, selon les besoins, sur une liaison de données fonctionnant en mode diffusion
  48. « surveillance dépendante automatique en mode contrat (ADS-C) », un moyen par lequel les modalités d’un accord ADS-C sont échangées entre le système sol et l’aéronef, par liaison de données, et qui spécifie les conditions dans lesquelles les comptes rendus ADS-C débuteront et les données qu’ils comprendront
  49. « service automatique d’information de région terminale (ATIS) », la fourniture automatique de renseignements généraux et actualisés aux aéronefs à l’arrivée et au départ, tout au long de la journée ou d’une partie spécifique de la journée :
    1. « service automatique d’information de région terminale par liaison de données (D-ATIS) », un service ATIS assuré au moyen d’une liaison de données
    2. « service automatique d’information de région terminale par liaison vocale (ATIS-voix) », un service ATIS assuré au moyen de diffusions vocales continues et répétitives
  50. « plafond », la hauteur, au-dessus du sol ou de l’eau, de la plus basse couche de nuages qui, au-dessous de 6 000 m (20 000 ft), couvre plus de la moitié du ciel
  51. « point de transition », le point où un aéronef naviguant sur un tronçon de route ATS défini par référence à des radiophares omnidirectionnels à très haute fréquence doit en principe transférer sa principale référence de navigation de l’installation située en arrière de l’aéronef à la première installation située en avant de lui
  52. « limite d’autorisation », le point jusqu’où est valable une autorisation du contrôle de la circulation aérienne accordée à un aéronef
  53. « nuage ayant une importance opérationnelle », un nuage ayant une hauteur de base de nuage inférieure à 1 500 m (5 000 ft) ou à l’altitude minimale de secteur la plus haute, la valeur la plus élevée étant retenue, ou un cumulonimbus ou un cumulus bourgeonnant à n’importe quelle hauteur
  54. « code SSR », le numéro attribué à un signal de réponse à impulsions multiples particulier émis par un transpondeur en mode A ou en mode C
  55. « autorité compétente », l’autorité désignée par l’État membre comme étant compétente pour garantir le respect des exigences du présent règlement
  56. « région de contrôle », un espace aérien contrôlé situé au-dessus d’une limite déterminée par rapport à la surface
  57. « aérodrome contrôlé », un aérodrome où le service du contrôle de la circulation aérienne est assuré au bénéfice de la circulation d’aérodrome
  58. « espace aérien contrôlé », un espace aérien, de dimensions définies, à l’intérieur duquel le service du contrôle de la circulation aérienne est assuré selon la classification des espaces aériens
  59. « vol contrôlé », tout vol exécuté conformément à une autorisation du contrôle de la circulation aérienne
  60. « communications contrôleur-pilote par liaison de données (CPDLC) », un moyen de communication par liaison de données pour les communications ATC (contrôle de la circulation aérienne) entre le contrôleur et le pilote
  61. « zone de contrôle », un espace aérien contrôlé s’étendant verticalement à partir de la surface jusqu’à une limite supérieure spécifiée
  62. « croisière ascendante », une technique de vol en croisière applicable à un avion, qui résulte en un accroissement net de l’altitude à mesure que la masse de l’avion diminue
  63. « niveau de croisière », le niveau auquel un aéronef se maintient pendant une partie appréciable d’un vol
  64. « plan de vol en vigueur », le plan de vol comprenant les modifications éventuelles résultant d’autorisations postérieures à l’établissement du plan de vol initial
  65. « zone dangereuse », un espace aérien, de dimensions définies, à l’intérieur duquel des activités dangereuses pour le vol des aéronefs peuvent se dérouler pendant des périodes spécifiées
  66. « communications par liaison de données », un mode de communication dans lequel l’échange des messages se fait par liaison de données
  67. « niveau de référence », toute quantité ou tout ensemble de quantités pouvant servir de référence ou de base pour le calcul d’autres quantités
  68. « autorisation en aval », une autorisation délivrée à un aéronef par un organisme du contrôle de la circulation aérienne qui n’est pas l’autorité de contrôle actuelle de cet aéronef
  69. « durée estimée », le temps qui est estimé nécessaire pour aller d’un point significatif à un autre
  70. « heure estimée de départ du poste de stationnement », l’heure à laquelle il est estimé que l’aéronef commencera à se déplacer pour le départ
  71. « heure d’arrivée prévue », dans le cas des vols IFR, l’heure à laquelle il est estimé que l’aéronef arrivera à la verticale du point désigné, défini par référence à des aides de navigation, à partir duquel il est prévu qu’une procédure d’approche aux instruments sera amorcée, ou, si l’aérodrome ne dispose pas d’aide de navigation, l’heure à laquelle l’aéronef arrivera à la verticale de l’aérodrome. Dans le cas des vols VFR, l’heure à laquelle il est estimé que l’aéronef arrivera à la verticale de l’aérodrome
  72. « heure d’approche prévue », l’heure à laquelle les services ATC (contrôle de la circulation aérienne) prévoient qu’un aéronef, à la suite d’un retard, quittera le repère d’attente pour exécuter son approche en vue d’un atterrissage. L’heure réelle à laquelle l’aéronef quitte le repère d’attente dépend de l’autorisation d’approche
  73. « plan de vol déposé », le plan de vol tel qu’il a été déposé auprès d’un organisme ATS par le pilote ou son représentant désigné, ne comportant pas les modifications ultérieures
  74. « membre d’équipage de conduite », un membre d’équipage titulaire d’une licence, chargé d’exercer des fonctions essentielles à la conduite d’un aéronef pendant une période de service de vol
  75. « centre d’information de vol », un organisme chargé d’assurer le service d’information de vol et le service d’alerte
  76. « région d’information de vol », un espace aérien, de dimensions définies, à l’intérieur duquel le service d’information de vol et le service d’alerte sont assurés
  77. « service d’information de vol », un service assuré dans le but de fournir les avis et les renseignements utiles à l’exécution sûre et efficace des vols
  78. « niveau de vol », une surface isobare, liée à une pression de référence spécifiée, soit 1 013,2 hectopascals (hPa), et séparée des autres surfaces analogues par des intervalles de pression spécifiés
  79. « plan de vol », un ensemble de renseignements spécifiés au sujet d’un vol projeté ou d’une partie d’un vol, transmis aux organismes des services de la circulation aérienne
  80. « visibilité en vol », la visibilité vers l’avant, à partir du poste de pilotage d’un aéronef en vol
  81. « prévision », un exposé de conditions météorologiques prévues pour une heure ou une période définies et pour une zone ou une partie d’espace aérien déterminées
  82. « visibilité au sol », la visibilité sur un aérodrome, communiquée par un observateur accrédité ou par des systèmes automatiques
  83. « cap », l’orientation de l’axe longitudinal d’un aéronef, généralement exprimée en degrés par rapport au nord (vrai, magnétique, compas ou grille)
  84. « hauteur », la distance verticale entre un niveau, un point ou un objet assimilé à un point, et un niveau de référence spécifié
  85. « hélicoptère », un aérodyne dont la sustentation en vol est obtenue principalement par la réaction de l’air sur un ou plusieurs rotors qui tournent, entraînés par un organe moteur, autour d’axes sensiblement verticaux
  86. « espace aérien situé au-dessus de la haute mer », un espace aérien au-delà du territoire et des eaux territoriales d’un État, tel que spécifié dans la convention des Nations unies sur le droit de la mer (conclue à Montego Bay en 1982)
  87. « IFR », l’abréviation utilisée pour désigner les règles de vol aux instruments
  88. « vol IFR », un vol effectué conformément aux règles de vol aux instruments
  89. « IMC », l’abréviation utilisée pour désigner les conditions météorologiques de vol aux instruments
    1. 89 bis) « opération d'approche aux instruments », une approche et un atterrissage utilisant des instruments pour le guidage de navigation, fondés sur une procédure d'approche aux instruments. Il existe deux méthodes pour effectuer les opérations d'approche aux instruments :
      1. opération d'approche aux instruments bidimensionnelle (2D), n'utilisant que le guidage latéral
      2. opération d'approche aux instruments tridimensionnelle (3D), utilisant à la fois le guidage latéral et vertical
  90. « procédure d’approche aux instruments », une série de manoeuvres prédéterminées effectuées en utilisant uniquement les instruments de vol, avec une marge de protection spécifiée au-dessus des obstacles, depuis le repère d’approche initiale ou, s’il y a lieu, depuis le début d’une route d’arrivée définie, jusqu’en un point à partir duquel l’atterrissage pourra être effectué, puis, si l’atterrissage n’est pas effectué, jusqu’en un point où les critères de franchissement d’obstacles en attente ou en route deviennent applicables. Les procédures d’approche aux instruments sont classées comme suit :
    1. procédure d'approche classique (NPA), une procédure d'approche aux instruments conçue pour les opérations d'approche aux instruments 2D de type A
    2. procédure d'approche avec guidage vertical (APV), une procédure d'approche aux instruments en navigation fondée sur les performances (PBN) conçue pour les opérations d'approche aux instruments 3D de type A
    3. procédure d'approche de précision (PA), une procédure d'approche aux instruments fondée sur des systèmes de navigation (ILS, MLS, GLS et SBAS Cat I) conçue pour les opérations d'approche aux instruments 3D de types A ou B
  91. « conditions météorologiques de vol aux instruments (IMC) », les conditions météorologiques, exprimées en fonction de la visibilité, de la distance par rapport aux nuages et du plafond, inférieures aux minimums spécifiés pour les conditions météorologiques de vol à vue
  92. « aire d’atterrissage », la partie d’une aire de mouvement destinée à l’atterrissage et au décollage des aéronefs
  93. « niveau », un terme générique employé pour indiquer la position verticale d’un aéronef en vol et désignant, selon le cas, une hauteur, une altitude ou un niveau de vol
  94. « aire de manoeuvre », la partie d’un aérodrome à utiliser pour les décollages, les atterrissages et la circulation des aéronefs à la surface, à l’exclusion des aires de trafic
  95. « mode SSR », l’identificateur conventionnel lié aux fonctions spécifiques des signaux d’interrogation émis par un interrogateur SSR. Quatre modes sont spécifiés dans l’annexe 10 OACI: A, C, S et intermode
    1. 95 bis) « aéromodèle », un aéronef non habité, autre qu'un aéronef jouet, dont la masse en ordre d'exploitation n'excède pas les limites prescrites par l'autorité compétente, qui est capable d'un vol soutenu dans l'atmosphère et qui est utilisé exclusivement à des fins de présentation en vol ou de loisirs
    2. 95 ter) « zone montagneuse », une zone au profil de terrain changeant, où les différences d'altitude du terrain excèdent 900 m (3 000 ft) sur une distance de 18,5 km (10,0 NM)
  96. « aire de mouvement », la partie d’un aérodrome à utiliser pour les décollages, les atterrissages et la circulation des aéronefs à la surface, et qui comprend l’aire de manoeuvre et les aires de trafic
  97. « nuit », la période comprise entre la fin du crépuscule civil et le début de l’aube civile. Le crépuscule civil se termine lorsque le centre du disque solaire se trouve à 6 degrés en dessous de l’horizon et l’aube civile commence lorsque le centre du disque solaire se trouve à 6 degrés en dessous de l’horizon
  98. « obstacle », tous les objets fixes (provisoires ou permanents) et mobiles, ou des parties de ces objets, qui :
    1. sont situés sur une zone destinée aux évolutions des aéronefs à la surface ; ou
    2. s’étendent au-dessus d’une surface définie, destinée à protéger l’aéronef en vol ; ou
    3. se trouvent en dehors de ces surfaces définies et ont été jugés comme représentant un risque pour la navigation aérienne
  99. « site d’exploitation », un site choisi par l’exploitant ou le pilote commandant de bord pour l’atterrissage, le décollage et/ou les opérations de hissage
  100. « pilote commandant de bord », le pilote désigné par l’exploitant, ou par le propriétaire dans le cas de l’aviation générale, comme étant celui qui commande à bord et qui est responsable de l’exécution sûre du vol
  101. « altitude-pression », une pression atmosphérique exprimée sous forme de l’altitude correspondante en atmosphère type, selon la définition figurant dans l’annexe 8, partie 1, de la convention de Chicago
  102. « usage de substances qui pose des problèmes », l’usage par du personnel aéronautique d’une ou de plusieurs substances psychoactives qui est tel :
    1. qu’il constitue un risque direct pour celui qui consomme ou qu’il compromet la vie, la santé ou le bien-être d’autrui ; et/ou
    2. qu’il engendre ou aggrave un problème ou trouble professionnel, social, mental ou physique
  103. « zone interdite », un espace aérien, de dimensions définies, au-dessus du territoire ou des eaux territoriales d’un État, dans les limites duquel le vol des aéronefs est interdit
  104. « substance psychoactive », l'alcool, les opioïdes, les cannabinoïdes, les sédatifs et les hypnotiques, la cocaïne, les autres psychostimulants, les hallucinogènes et les solvants volatils. La caféine et le tabac sont exclus
  105. « radar », un appareil de radiodétection qui fournit des informations sur la distance, l’azimut et/ou l’altitude des objets
  106. « zone à utilisation obligatoire de radio (RMZ) », un espace aérien, de dimensions définies, à l’intérieur duquel l’emport et l’utilisation d’équipements radio sont obligatoires
  107. « service de radioguidage », un service fournissant des informations de guidage ou des données relatives à la position permettant l’exploitation efficace et sûre d’un aéronef équipé d’un ou de plusieurs équipements de radioguidage
  108. « radiotéléphonie », un mode de radiocommunication prévu principalement pour l’échange d’informations vocales
  109. « plan de vol répétitif », un plan de vol concernant une série de vols dont les caractéristiques de base sont identiques et qui sont effectués de façon régulière et fréquente, qu’un exploitant remet aux organismes ATS pour que ceux-ci le conservent et l’utilisent de manière répétitive
  110. « point de compte rendu », un emplacement géographique déterminé, par rapport auquel la position d’un aéronef peut être signalée
  111. « zone réglementée », un espace aérien, de dimensions définies, au-dessus du territoire ou des eaux territoriales d’un État, dans les limites duquel le vol des aéronefs est subordonné à certaines conditions spécifiées
  112. « tronçon de route », une route ou une partie de route dont le trajet est habituellement effectué sans escale
  113. « piste », une aire rectangulaire définie, sur un aérodrome terrestre, aménagée afin de servir au décollage et à l’atterrissage des aéronefs
  114. « point d’attente avant piste », un point désigné en vue de protéger une piste, une surface de limitation d’obstacles ou une zone critique/sensible d’ILS/MLS, auquel les aéronefs et véhicules circulant à la surface s’arrêtent et attendent, sauf autorisation contraire de la tour de contrôle d’aérodrome
  115. « portée visuelle de piste (RVR) », la distance jusqu’à laquelle le pilote d’un aéronef placé sur l’axe de piste peut voir les marques ou les feux qui délimitent la piste ou qui balisent son axe
  116. « personnel critique pour la sécurité », des personnes qui pourraient compromettre la sécurité aérienne en s’acquittant inadéquatement de leurs devoirs et fonctions. Cette définition englobe, sans s’y limiter, les membres d’équipage, le personnel d’entretien d’aéronef et les contrôleurs de la circulation aérienne
  117. « planeur », un aérodyne dont la sustentation en vol est obtenue par des réactions aérodynamiques sur des surfaces qui restent fixes et dont le vol libre ne dépend d’aucun moteur. Cette définition englobe également les deltaplanes, les parapentes et autres aéronefs comparables
  118. « radar secondaire de surveillance (SSR) », un système radar de surveillance qui utilise des émetteurs ou des récepteurs (interrogateurs) et des transpondeurs
  119. « renseignements SIGMET », des renseignements établis et communiqués par un centre de veille météorologique, concernant l’occurrence effective ou prévue de phénomènes météorologiques en route spécifiés qui peuvent affecter la sécurité de l’exploitation aérienne
  120. « aire à signaux », une aire d’aérodrome sur laquelle sont disposés des signaux au sol
  121. « point significatif », un emplacement géographique spécifié utilisé pour définir une route ATS ou la trajectoire d’un aéronef, ainsi qu’à d’autres fins de navigation et d’ATS
  122. « vol VFR spécial », un vol VFR autorisé par le contrôle de la circulation aérienne à l’intérieur d’une zone de contrôle dans des conditions météorologiques inférieures aux conditions VMC
  123. « aéronef égaré », un aéronef qui s’est écarté sensiblement de sa trajectoire prévue ou qui signale qu’il ne connaît pas sa position
  124. « radar de surveillance », un équipement radar utilisé pour déterminer la position d’un aéronef selon la distance et l’azimut
  125. « circulation à la surface », le déplacement d’un aéronef, par ses propres moyens, à la surface d’un aérodrome ou d’un site d’exploitation, à l’exclusion des décollages et des atterrissages
  126. « voie de circulation », une voie définie, sur un aérodrome terrestre, aménagée pour la circulation à la surface des aéronefs et destinée à assurer la liaison entre deux parties de l’aérodrome, notamment :
    1. « voie d’accès de poste de stationnement d’aéronef », une partie d’une aire de trafic désignée comme voie de circulation et destinée seulement à permettre l’accès à un poste de stationnement d’aéronef
    2. « voie de circulation d’aire de trafic », une partie d’un réseau de voies de circulation qui est située sur une aire de trafic et destinée à matérialiser un parcours permettant de traverser cette aire
    3. « voie de sortie rapide », une voie de circulation raccordée à une piste suivant un angle aigu et conçue de façon à permettre à un avion qui atterrit de dégager la piste à une vitesse plus élevée que celle permise par les autres voies de sortie, ce qui permet de réduire au minimum la durée d’occupation de la piste
  127. « territoire », les régions terrestres et les eaux territoriales y adjacentes qui se trouvent sous la souveraineté, la suzeraineté, la protection ou le mandat d’un État
  128. « seuil », le début de la partie de la piste utilisable pour l’atterrissage
  129. « durée totale estimée » :
    1. dans le cas des vols IFR, le temps que l’on estime nécessaire à l’aéronef, à partir du moment du décollage, pour arriver à la verticale du point désigné, défini par référence à des aides de navigation, à partir duquel il est prévu qu’une procédure d’approche aux instruments sera amorcée, ou, si l’aérodrome de destination ne dispose pas d’aide de navigation, pour arriver à la verticale de l’aérodrome de destination,
    2. dans le cas des vols VFR, le temps que l’on estime nécessaire à l’aéronef, à partir du moment du décollage, pour arriver à la verticale de l’aérodrome de destination
    1. 129 bis) « aéronef jouet », un aéronef non habité conçu pour ou destiné à être utilisé, exclusivement ou non, à des fins ludiques par des enfants de moins de 14 ans
  130. « route », la projection à la surface de la Terre de la trajectoire d’un aéronef, trajectoire dont l’orientation, en un point quelconque, est généralement exprimée en degrés par rapport au nord (vrai, magnétique ou grille)
  131. « suggestion de manoeuvre d’évitement », une suggestion d’un organisme des services de la circulation aérienne au pilote d’un aéronef pour l’aider à éviter une collision en lui indiquant les manoeuvres à exécuter
  132. « information de circulation », des renseignements donnés à un pilote par un organisme des services de la circulation aérienne pour l’avertir que d’autres aéronefs, dont la présence est connue ou observée, peuvent se trouver à proximité de sa position ou de sa route prévue, afin de l’aider à éviter une collision
  133. « point de transfert de contrôle », un point défini situé sur la trajectoire de vol d’un aéronef où la responsabilité de fournir le service du contrôle de la circulation aérienne à cet aéronef est transférée d’un organisme de contrôle ou d’une position de contrôle à l’organisme suivant ou à la position suivante
  134. « altitude de transition », l’altitude à laquelle ou au-dessous de laquelle la position verticale d’un aéronef est donnée par son altitude
  135. « niveau de transition », le niveau de vol le plus bas utilisable au-dessus de l’altitude de transition
  136. « zone à utilisation obligatoire de transpondeur (TMZ) », un espace aérien, de dimensions définies, à l’intérieur duquel l’emport et l’utilisation de transpondeurs transmettant l’altitude-pression sont obligatoires
  137. « aéronef non identifié », un aéronef qui a été observé ou signalé comme évoluant dans une région donnée, mais dont l’identité n’a pas été établie
  138. « ballon libre non habité », un aérostat non entraîné par un organe moteur, non habité, en vol libre
  139. « VFR », l’abréviation utilisée pour désigner les règles de vol à vue
  140. « vol VFR », un vol effectué conformément aux règles de vol à vue
  141. « visibilité », la visibilité pour l’exploitation aéronautique correspond à la plus grande des deux valeurs suivantes :
    1. la plus grande distance à laquelle on peut voir et reconnaître un objet noir de dimensions appropriées situé près du sol lorsqu’il est observé sur un fond lumineux,
    2. la plus grande distance à laquelle on peut voir et identifier des feux d’une intensité voisine de 1 000 candelas lorsqu’ils sont observés sur un fond non éclairé
  142. « conditions météorologiques de vol à vue », les conditions météorologiques, exprimées en fonction de la visibilité, de la distance par rapport aux nuages et du plafond, égales ou supérieures aux minimums spécifiés
  143. « VMC », l’abréviation utilisée pour désigner les conditions météorologiques de vol à vue.
  144. « zone critique », une zone de dimensions définies qui entoure les équipements au sol utilisés pour une approche de précision aux instruments, dans laquelle la présence de véhicules ou d’aéronefs causera des perturbations inacceptables des signaux de guidage
  145. « zone sensible », une zone s’étendant au-delà de la zone critique et dans laquelle le stationnement ou le mouvement, ou les deux, d’un aéronef ou d’un véhicule affectera les signaux de guidage, au point de potentiellement entraîner une perturbation inacceptable pour les aéronefs utilisant ce signal.